Dire non plus facilement à ses enfants ?

Dire non plus facilement à ses enfants ?
Dire non plus facilement à ses enfants ?

Un enfant, c'est, la plupart du temps, un trésor pour ses parents.

Tant mieux, mais parfois les parents n'osent plus dire non à leur enfant qui devient de plus en plus incontrôlable.

Comment réagir pour le cadrer ?

Comment se faire obéir ?

  • Ordonner, ce n'est pas être tyrannique
  • Se faire obéir aide à cadrer son enfant
Ordonner, ce n'est pas être tyrannique

Certains parents ne parviennent pas à se faire obéir de leurs enfants.

Quand ils donnent ce qui devrait être un ordre comme « va te coucher », ou bien « va te laver les dents », on a l'impression en les entendant qu'ils leur demandent un service personnel.

Dans le ton de leur voix on entend « s'il te plait, soit gentil, va te laver les dents… » Alors que pour les parents qui savent se faire obéir, le ton de la voix est très différent. C'est un ordre, un point c'est tout.
L'enfant l'entend très bien et perçoit s'il existe une faille dans la qualité de la certitude du parent à être obéi.

Pourquoi de telles différences ?

C'est que les parents qui ne savent pas se faire obéir, ont l'impression que diriger, commander l'enfant, c'est mal.
Ils sont persuadés que lui donner un ordre c'est peut-être l'humilier, le brutaliser, c'est être tyrannique, et que cela finit par lui faire passer le message qu'on ne l'aime pas.

Et leur peur, c'est que leur enfant ne les aime plus, puisqu'ils veulent commander, le brutaliser en l'obligeant à se coucher ou à se laver les dents.

Vous avez l'impression que c'est une exagération ? Pas du tout. Ces parents n'ont pas conscience de ce mécanisme, mais il est bien à l'oeuvre en eux.

Se faire obéir aide à cadrer son enfant

Pour se sortir de ce fonctionnement quand on y est enfermé, il est essentiel d'en prendre conscience : « c'est ma peur de ne pas être aimé qui m'empêche de cadrer mon enfant ».

Il faut ensuite remplacer ces croyances fausses par d'autres qui vous feront agir différemment. Lesquelles ?

Un parent qui aime son enfant doit être son éducateur.
Il doit l'aider à se cadrer, à savoir supporter certaines règles de vie en communauté.
Il doit même lui apprendre à savoir les intégrer pour devenir capable, plus tard, de se fixer des buts et les atteindre, c'est-à-dire de se cadrer lui-même.

Alors, quand votre enfant est en train de trépigner, refusant de se laver les dents, vous pouvez bien sûr commencer par lui expliquer ce qu'est une carie et pourquoi il faut se laver les dents tous les soirs. Mais il est possible que cela ne suffise pas.
Il a beau comprendre, s'il est très jeune, il est incapable de se fixer une obligation.

C'est ainsi, et c'est à vous de palier cette incapacité, c'est à vous d'être son tuteur pour qu'il apprenne.
C'est votre rôle, et c'est même votre devoir de parent.

Pendant que votre enfant hurle et proteste, alors que vous lui imposez le lavage des dents, observez-vous de loin.
Vous êtes en train de l'aider à grandir, à lui apprendre que dans la vie, il y a des obligations, vous êtes en train de l'aider à se construire une structure intérieure solide.
C'est un service que vous lui rendez, et non un mauvais traitement que vous lui appliquez.

Quand vous aurez réellement conscience de cela, vous n'aurez plus peur de ne pas l'aimer en le grondant, vous n'aurez plus peur qu'il ne vous aime plus.
Vous percevrez que c'est en le grondant que vous l'aimez, vous jouez votre rôle de parent comme un héros, car il est certes plus facile de faire des câlins que de taper du poing sur la table, mais vous êtes en train de faire votre devoir de parent et vous pouvez en être fier(e).

Au total, en pensant que vous n'aimez pas votre enfant si vous le réprimandez, vous souffrez de distorsion cognitive. Ce que vous pensez, à savoir que vous faites souffrir votre enfant, c'est faux.
Au contraire, vous le faites souffrir en ne le cadrant pas. Soyez perspicace et ne vous fiez pas à l'apparence, à la surface des choses.
Il a l'air de souffrir ?
Peut-être un peu, mais bien moins que si vous ne lui apprenez jamais la discipline.

Alors, redressez vos cognitions, vos pensées et vous noterez très vite que si le ton de votre voix est ferme quand vous voulez vraiment être obéi(e), vous ne verrez plus de réactions de revendication, car votre enfant ne percevant plus de faille acceptera très bien votre discipline de fer !

Source:e-sante

Article publiée le : 31-12-2014, Lue 1958 fois.


Articles similaires :

Vos commentaires :


X
Inscrivez-vous à notre newsletter

Email :
Captcha captcha
Suivez-nous sur Facebook
X
Envoyer la page a un amis


Votre email :
Partager avec :