La satisfaction, un sentiment à cultiver volontairement...

La satisfaction, un sentiment à cultiver volontairement...
La satisfaction, un sentiment à cultiver volontairement...

Nous avons tous envie d'être heureux et de voir nos besoins comblés. Pour cela nous ressentons l'envie de voir nos besoins comblés. Besoin de sécurité, d'être nourris, d'avoir un toit, un environnement affectif positif, un revenu permettant de se sentir bien… Pourtant, nous avons souvent le sentiment de ne pas être encore assez heureux, nous ne sommes pas encore satisfaits. Comment faire pour y parvenir ?

  • Satisfaction objective ou subjective ?
  • Désirer est une chose, savoir en retirer une satisfaction en est une autre...
  • La satisfaction, ça s'apprend

Satisfaction objective ou subjective ?

Un des problèmes principaux, c'est la satisfaction de nos besoins. Or, il existe une satisfaction objective et une satisfaction subjective. Et même si la plupart de nos besoins sont comblés, nous pouvons avoir d'autres besoins, beaucoup plus subjectifs, qui eux, ne sont pas comblés, et nous empêchent d'être heureux. Un exemple qu'André Comte-Sponville, le philosophe, racontait dans une conférence : « quand je préparais l'agrégation de philosophie, je me disais que quand j'aurai cette agrégation, je me sentirai vraiment heureux. Or, j'ai maintenant cette agrégation et si je vous disais que je suis vraiment heureux parce que je suis agrégé de philosophie, vous me regarderiez bizarrement. » La satisfaction de son désir ne lui a pas apporté de bonheur.

Désirer est une chose, savoir en retirer une satisfaction en est une autre...

En réalité, nous apprenons plus à désirer des choses qu'à en retirer de la satisfaction. Pourquoi ? Parce que dans notre société marchande, le désir est un moteur du commerce, de l'achat, alors que la satisfaction est un frein au commerce. Résultat, la publicité, le marketing, nous incitent à désirer sans cesse davantage. Nous subissons une sorte de lavage de cerveau qui nous transmet le message suivant : « désirez autre chose que ce que vous avez, soyez insatisfait, vous méritez mieux, vous devriez posséder plus, vous serez plus heureux avec plus que ce que vous ne possédez… »C'est pourquoi, si nous voulons être heureux, il nous faut une force contraire pour lutter contre cette stimulation perpétuelle de nouveaux désirs, cet encouragement à l'insatisfaction permanente.

La satisfaction, ça s'apprend

Cette force contraire ne peut venir que de l'intérieur de nous-mêmes. Nous avons donc un travail important à faire pour apprendre la satisfaction. Pour cela, vous pouvez faire un exercice très simple qui consiste à fermer les yeux et à aller trouver dans votre mémoire, les dix moments de votre vie où vous vous êtes senti le plus heureux. Gageons que la possession et la consommation auront peu à voir avec votre bonheur. À partir de là, prenez conscience de ce qui vous rend heureux et savourez-le quand ce bonheur, ces plaisirs se présentent.La difficulté, c'est qu'il est moins facile de prendre conscience d'une satisfaction que d'une gêne. Si vous avez un caillou dans votre chaussure, vous y pensez sans arrêt, puisque cela vous gêne. Mais quand vos pieds vont bien, vous ne pensez pas : « c'est agréable d'avoir deux pieds en pleine forme ». Car la satisfaction nécessite une volonté d'être recherchée. Ce sentiment d'être satisfait, vous ne l'observerez que si vous allez à sa rencontre. Alors que le manque, la gêne, la douleur surviennent sans qu'on leur ait demandé de pointer leur nez. C'est pourquoi la satisfaction vient avec la sagesse qui vous fait rechercher non la satisfaction de désirs toujours nouveaux engendrés par la pression du monde extérieur, mais l'envie d'explorer à l'intérieur de vous-même le bien-être et les sensations agréables.

Source:e-sante

Article publiée le : 13-01-2015, Lue 2303 fois.


Articles similaires :

Vos commentaires :


X
Inscrivez-vous à notre newsletter

Email :
Captcha captcha
Suivez-nous sur Facebook
X
Envoyer la page a un amis


Votre email :
Partager avec :