Cardiomyopathie, la maladie des muscles du coeur

Cardiomyopathie, la maladie des muscles du coeur
Cardiomyopathie, la maladie des muscles du coeur

L’infarctus et les malformations cardiaques ne sont pas les seules maladies qui peuvent toucher le cœur.

Les cardiomyopathies ou myocardiopathies sont une toute autre sorte d’atteinte cardiaque…

  • La cardiomyopathie, définition…

  • Que se passe-t-il en cas de cardiomyopathie ?

  • Quelles sont les conséquences d’une myocardiopathie ?

  • Quelles sont les causes de myocardiopathie ?

  • Cardiomyopathie, quels traitements ?

La cardiomyopathie, définition…

Une cardiomyopathie est une maladie atteignant le cœur en tant que muscle, donc abîmant la fonction musculaire du cœur.
C’est en général une maladie grave.

Voici le décodage du terme cardiomyopathie : le cœur (cardio) en tant que muscle (myo signifiant muscle) est malade (pathie).

Les autres maladies du cœur peuvent atteindre ses artères (coronaropathies ou infarctus), les valves du cœur (valvulopathies cardiaques), l’enveloppe du cœur (péricardite), la conduction électrique du cœur (troubles du rythme)…

Que se passe-t-il en cas de cardiomyopathie ?

La cardiomyopathie entraîne une atteinte du muscle cardiaque.

Ce muscle jouant naturellement un rôle de pompe, la pompe cardiaque devient moins efficace.
Lorsque le cœur fonctionne bien, il pousse le sang vers la plus grosse artère du corps, l’aorte, afin qu’il soit distribué dans tout l’organisme. C’est le rôle du cœur gauche.

Le cœur envoie aussi le sang vers les poumons afin de l’oxygéner, c’est le rôle du cœur droit.

Quelles sont les conséquences d’une myocardiopathie ?

Quand la pompe cardiaque fonctionne mal, on observe divers symptômes :

  • Les signes de cardiomyopathie que l’on peut constater soi-même :

    • Une diminution de résistance à l’effort.
    • Un essoufflement à l’effort.
    • Une fatigue très importante.
    • Des étourdissements, évanouissements.
    • Un œdème dans les pieds, les jambes, parfois les mains.
    • Des douleurs dans la poitrine.

  • Et des signes de cardiomyopathie que le médecin peut constater :

    • Des troubles du rythme cardiaque.

    • Un souffle au cœur.

    • Une augmentation de volume du cœur (dilatation ou hypertrophie).

Quelles sont les causes de myocardiopathie ?

  • La myocardiopathie ischémique est la plus fréquente des myocardiopathies.

    Elle se produit quand le cœur a manqué d’oxygène (ischémie) pendant un moment.

    À cause de ce manque d’oxygène, les cellules musculaires du cœur sont abîmées à un endroit, ce qui entraîne une moins bonne efficacité de la pompe cardiaque.

    La myocardiopathie ischémique se produit quand les artères coronaires se rétrécissent ou se bouchent, empêchant l’oxygène d’arriver aux cellules musculaires du cœur.

    Aussi cette myocardiopathie peut-elle survenir après un infarctus, ou après des crises d’angine de poitrine. Il arrive aussi que les artères coronaires se rétrécissent très progressivement et que la myocardiopathie apparaisse suite à un manque d’oxygène non détecté.

  • La myocardiopathie dilatée (ou myocardiopathie congestive) :

    Elle se produit quand le muscle cardiaque devient moins efficace.

    Le cœur se dilate et pompe moins bien le sang.

    Elle peut être due à l’alcoolisme chronique (myocardiopathie alcoolique), à l’agression du muscle cardiaque par un virus (myocardiopathie virale), à la grossesse (1 cas sur 2 500 naissances et évolution vers une amélioration rapide en général), transmission génétique, toxicité de certains médicaments (Doxorubicine).

    On estime que 8 à 40 personnes sur 100.000 en souffrent.

    Cette maladie est une des maladies qui peut conduire à une greffe de cœur.

  • La cardiomyopathie hypertrophique :

    Dans cette maladie, il existe un obstacle à l’éjection du sang à partir du cœur.

    Pour compenser cet obstacle, le cœur se muscle de manière exagérée, d’où l’hypertrophie.

    La plupart du temps, il s’agit d’une myocardiopathie d’origine familiale, donc génétique.

    Elle peut être à l’origine de morts subites chez les enfants, adolescents ou personnes jeunes, ou moins jeunes.

  • La cardiomyopathie restrictive :

    Elles sont nettement moins fréquentes que les autres cardiopathies.

    Ici, le cœur est de taille à peu près normale, mais il a du mal à s’étirer suffisamment pour laisser entrer le volume normal de sang dans ses cavités.

  • Les autres cardiomyopathies :

    Il existe encore d’autres sortes de cardiomyopathies, par exemple :

    • Les cardiomyopathies valvulaires (dues à des anomalies des vulves cardiaques),

    • Les myocardiopathies hypertensives (dues à l’effort que doit fournir la pompe cardiaque pour lutter contre l’hypertension artérielle),

    • Les cardiomyopathies inflammatoires (infectieuses, auto-immunes, ou de cause inconnue),

    • Les cardiopathies rythmiques (dues aux troubles du rythme cardiaque),

    • Les cardiomyopathies métaboliques (dues au diabète, l’hémochromatose, l’amyloïdose, etc.),

    • Les myocardiopathies dues à des maladies de système (sarcoïdose, sclérodermie),

    • Les myocardiopathies toxiques (cocaïne, lithium, phénotiazine, antidépresseurs tricycliques, chloroquinone),

    • Les cardiomyopathies post radiothérapie,

    • Les cardiopathies des maladies musculaires (maladie de Duchenne, maladie de Steinert),

    • Les cardiomyopathies mitochondriales,

    • La fibro-élastose endocardiaque,

    • Les myocardiopathies du ventricule droit,

    • La maladie de Uhl…

Cardiomyopathie, quels traitements ?

Etant donné la grande variété des cardiomyopathies, il existe des traitements très variables adaptés pour chaque malade.

Les traitements des cardiomyopathies sont de trois sortes :

  • Les traitements de la cause quand c’est possible.

    Arrêter les substances toxiques à l’origine de la maladie (alcool, cocaïne, médicament précis),bien traiter le diabète ou l’hypertension artérielle, et les infarctus.

    Cela signifie aussi qu’en agissant à ce niveau, on peut prévenir des myocardiopathies.

  • Le traitement médical de la myocardiopathie elle-même.

    Quand on ne peut pas traiter la cause, on donne des médicaments pour atténuer les symptômes de la maladie.

    Mais ces traitements ne peuvent pas la guérir.

  • Les traitements chirurgicaux.

    Dans certains cas, la chirurgie cardiaque peut lever un obstacle à l’éjection du sang, s’il est en cause dans la myocardiopathie.

    Et la chirurgie consistant à effectuer une greffe cardiaque est une solution proposée aux malades quand la myocardiopathie évolue malgré les traitements.

Source:e-sante

Article publiée le : 22-12-2014, Lue 1762 fois.


Articles similaires :

Vos commentaires :


X
Inscrivez-vous à notre newsletter

Email :
Captcha captcha
Suivez-nous sur Facebook
X
Envoyer la page a un amis


Votre email :
Partager avec :