Le mal de tête (céphalée)

Le mal de tête (céphalée)
Le mal de tête (céphalée)

Mal de tête : qu’est-ce que c’est ?

Les maux de tête (céphalées) sont des douleurs très courantes ressenties au niveau de la boîte crânienne.

Il existe plusieurs types de maux de tête, dont la très grande majorité se présentent sous les syndromes suivants :

  • Les céphalées de tension, qui englobent aussi les céphalées chroniques quotidiennes.
  • Les migraines.
  • L’algie vasculaire de la face (céphalée de Horton).

La céphalée de tension, de loin le mal de tête le plus fréquent, est ressentie comme une tension locale au niveau de la boîte crânienne et est souvent reliée au stress ou à l’anxiété, au manque de sommeil, à la faim ou à l’abus d’alcool.

Selon la Société Internationale des Céphalées (International Headache Society), il existe trois types de céphalées de tension :

  • les épisodes de céphalées non fréquents : moins de 12 épisodes par année, chaque épisode pouvant durer de 30 minutes jusqu’à 7 jours
  • les épisodes fréquents : 1 à 14 épisodes en moyenne par mois, chaque épisode pouvant durer de 30 minutes jusqu’à 7 jours
  • les céphalées chroniques quotidiennes : ressenties au moins 15 jours par mois, durant au moins 3 mois. Le mal de tête peut durer plusieurs heures, souvent de façon continue.
  • Migraine ou céphalée de tension ?
  • La migraine est une forme particulière de mal de tête. Elle se manifeste par des crises d’intensité allant de légère jusqu’à des douleurs très intenses, qui peuvent durer de quelques heures à plusieurs jours. Une crise de migraine commence souvent par une douleur ressentie d’un seul côté de la tête ou localisée près d’un œil. La douleur est souvent perçue comme des pulsations dans la boîte crânienne, et elle est aggravée par la lumière et le bruit (et parfois les odeurs). La migraine peut aussi s’accompagner de nausées et de vomissements.
  • Les causes exactes de la migraine sont encore mal connues. Certains facteurs, tels que les changements hormonaux ou certains aliments sont identifiés comme des déclencheurs. Les femmes sont 3 fois plus touchées par la migraine que les hommes.
    • L’algie vasculaire de la face (la céphalée de Horton) se caractérise par des maux de tête fréquents, brefs mais extrêmement intenses se produisant surtout la nuit. Les douleurs sont ressenties autour d’un œil puis s’étendent dans le visage, mais toujours de façon unilatérale et toujours du même côté. Les épisodes peuvent durer de 30 minutes à 3 heures, plusieurs fois par jour, durant quelques semaines à plusieurs mois. Ce type de mal de tête est plus fréquent chez les hommes et heureusement rare.

Attention. Il existe de multiples autres causes à un mal de tête, certaines peuvent être le signe d’une maladie sérieuse. Un médecin devrait être consulté en cas de mal de tête soudain et intense.

Les symptômes :

Une douleur des deux côtés de la tête concentrée autour des yeux. Cette douleur donne l’impression d’un bandeau serrant tout le tour de la tête, qui irradie parfois dans le cou.

  • Une tension des muscles du cou et des épaules, qui deviennent parfois sensibles au toucher.
  • Des troubles de concentration ou des difficultés à s’endormir.

Si le mal de tête est ressenti suite à un coup à la tête, il est recommandé de consulter rapidement un médecin, de même qui si le mal de tête s’accompagne :

  • d’une raideur au cou.
  • de fièvre.
  • de confusion.
  • de perte de conscience.
  • de douleur à l’œil ou à l’oreille.

Les personnes à risque

  • Les adultes. Les maux de tête affectent autant les adultes que les enfants. Ils sont plus fréquents et plus intenses chez les adultes et atteignent un pic jusque vers l’âge de 40 ans.
  • Les femmes. Les céphalées de tension, sont ressenties le plus fréquemment chez les femmes et sont souvent reliés au cycle menstruel.

Les facteurs de risque

  • Les périodes du cycle menstruel féminin.
  • Le stress ou l’anxiété.
  • La dépression.
  • Une mauvaise posture ou le maintien prolongé d’une même position.
  • Le bruxisme (grincer des dents).

Peut-on prévenir ?

Un traitement préventif peut être recommandé lorsque :

  • les maux de tête apparaissent souvent.
  • les maux de tête ne sont pas soulagés par les médicaments habituels et les mesures de contrôle du stress.

les maux de tête deviennent très incommodants et vous obligent à prendre des analgésiques trop souvent (par exemple, plus de 2 ou 3 fois par semaine).

Mesures préventives de base

Les méthodes les plus communes pour réduire la fréquence ou la sévérité des maux de tête de type céphalée de tension :

  • La réduction du stress.
  • La réduction de la consommation d’alcool.
  • Des exercices réguliers tels que la natation ou la marche.
  • Un poste de travail ergonomique qui diminue la sollicitation des muscles cervicaux.

Certains médicaments préventifs.

  Les traitements

Un changement de rythme de vie, afin de réduire les causes de stress et de fatigue, est parfois suffisant pour éliminer un mal de tête récurrent.

Les maux de tête se résorbent généralement d'eux-mêmes et peuvent être soulagés avec l’aide d’un médicament antidouleur vendu en pharmacie.

Médicaments antidouleur en vente libre.

  • Acide acétylsalicylique (l’aspirine), acétaminophène (Tylenol®) et ibuprofène (Advil®, Motrin®, Liqui-Gels Advil®).
  • Combinaison de médicaments : Excedrin®, Tylénol Ultra-Efficace®. Les combinaisons de médicaments sont parfois plus efficaces, particulièrement ceux contenant de la caféine.

ATTENTION aux maux de tête causés par l’abus de médicaments. Il est recommandé de ne pas prendre de médication contre le mal de tête plus de 2 ou 3 fois par semaine. L’usage trop fréquent de ces médicaments, pour la plupart trouvés en vente libre, peuvent causer une « céphalée de rebond » : un cercle vicieux qui s’installe lorsque leur action cesse de faire effet, obligeant ainsi à reprendre une dose de médicament

Médicaments sur ordonnance.

Les médicaments sur ordonnance peuvent être prescrits pour soulager des crises de céphalées ponctuelles, mais ils sont surtout utilisés de façon préventive pour diminuer la fréquence et l’intensité des crises.

  • Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), tels le naproxène ou le kétorolac, pris de façon régulière tous les jours pour une certaine période. Ces médicaments comportent cependant certains effets secondaires.
  • Anti-dépresseurs tricycliques, comme l’amitriptyline et la nortriptyline, ou des anticonvulsivants, comme le topiramate et la gabapentine.
  • Relaxants musculaires, comme la tizamidine.
  • Les triptans, l’ergotamine et la dihydroergotamine sont utiles dans la prévention des céphalées de tension associées aux migraines.
  • Pour prévenir l’algie vasculaire de la face et diminuer la fréquence et l’intensité des crises, plusieurs médicaments peuvent être utilisés, notamment le vérapamil.

Source:passeportsante

Article publiée le : 08-01-2015, Lue 3183 fois.


Articles similaires :

Vos commentaires :


X
Inscrivez-vous à notre newsletter

Email :
Captcha captcha
Suivez-nous sur Facebook
X
Envoyer la page a un amis


Votre email :
Partager avec :