Et si on faisait marcher sa tête avant de manger ?

Et si on faisait marcher sa tête avant de manger ?
Et si on faisait marcher sa tête avant de manger ?

Aaaah ! Je ne peux pas résister ! C'est trop bon, j'ai trop faim, j'en ai trop envie, je ne peux pas m'en passer. C'est avec ces mots que l'on justifie souvent l'impossibilité de maigrir à cause de ces pulsions qui nous jettent sur des aliments savoureux et dont l'excès nous a fait grossir. Comment arriver à les maitriser sans que la vie ne soit synonyme de frustrations ?

  • Les pulsions vers la récompense
  • Les neurones de la récompense
  • Récompense et addiction
  • Gène, stress et environnement
  • Neutraliser le système

Les pulsions vers la récompense

Ca sent bon chez le boulanger, il y a juste une fournée de tartes aux pommes qui vient de sortir. On en achète une pour le dîner, ça fera plaisir à tout le monde. Et on ne résiste pas à une pulsion vers un chausson aux pommes dont on se régale sur le trottoir, petite récompense perso.

On fait ses courses hebdomadaires au supermarché, on en a plein le dos de pousser ce chariot rempli de lessives, de sacs poubelles, de croquettes pour le chien, de paquets de litière pour le chat, de bouteilles de lait et on arrive devant le rayon des biscuits. A la maison, tout le monde adore les petits biscuits fourrés d'un truc gras/sucré, car ils sont bien croquants et fondent ensuite délicieusement dans la bouche. On en achète trois paquets et une pulsion nous pousse à en croquer la moitié d'un en faisant la queue à la caisse. Histoire de se récompenser inconsciemment de la corvée et du stress des courses.

Dans un tiroir de son bureau, on stocke des billes de chocolats qui ne fondent pas dans les doigts. On les adore parce que l'on peut les croquer discrètement (et sans être obligé d'aller se laver les mains pour ne pas salir le clavier de l'ordi) quand on a besoin de se faire du bien, de se récompenser pour cause de fatigue, d'ennui, de client désagréable, de logiciel récalcitrant etc.

Les neurones de la récompense

Les occasions de s'offrir ainsi une récompense tout au long de la journée ne manquent pas. Et chaque fois, on met en branle un système super sophistiqué dans notre cerveau.

En effet, il y a dans celui-ci une petite zone de neurones, un circuit nerveux appelé système de la récompense où sont activés des neuromédiateurs, des petites molécules qui nous font du bien, nous donnent une sensation de plaisir. C'est ce même système de la récompense qui fonctionne avec les drogues, le tabac et l'alcool.

Récompense et addiction

Un véritable ping-pong, dont les balles sont les neuromédiateurs, se joue dans notre cerveau, l'un en renvoyant un autre dans une autre zone, puis dans une autre, dont celle de la mémoire.

Le résultat de ce jeu super sophistiqué et permanent est que l'on recherche toujours le plaisir apporté par un truc gras/sucré (genre Nutella !), ou sucré tout court (bonbons, sodas) ou gras tout court, peu importe.

Alors, quand on retourne chez le boulanger, même s'il n'y a pas d'odeurs tentantes de tarte aux pommes, on risque fort d'avoir une belle pulsion sur le chausson qui nous a tant fait plaisir la veille !

Mais, plus diabolique, le seul souvenir des petits biscuits fondant dans la bouche ou du croquage des billes de chocolats peut susciter une pulsion vers le produit.

Alors, quand les biscuits ne sont pas loin dans le placard de la cuisine, quand les billes de chocolat sont à portée de main dans le tiroir du bureau, on y va et hop ! dans la bouche.

Résultat : on s'y accoutume, on en a besoin, on en devient dépendant. A force d'en manger, on grossit car ils apportent des calories dont on n'a pas besoin. Et si l'on entreprend de maigrir, c'est quasiment impossible de s'en passer !

Gène, stress et environnement

Ce circuit de la récompense ne fonctionne pas de la même façon chez tout le monde. Certains y sont génétiquement plus sensibles, ils sont ainsi plus vulnérables.

Le stress joue aussi un rôle important : il favorise terriblement les pulsions car on a besoin de compenser, de se faire du bien, après une contrariété quelle qu'elle soit.

Quant à l'environnement alimentaire, il est primordial. Si on ne voit pas de petits biscuits ou de billes de chocolat à l'horizon, on ne peut guère céder à cette satanée pulsion.

Se priver ?

Faut-il se retenir ? Ranger le paquet de petits biscuits qu'on a dans la main, refermer le tiroir du bureau au moment d'empoigner des billes de chocolat en se disant que ça va nous faire grossir ?

Ca peut marcher mais pas toujours ! Car le facteur temps joue aussi son rôle. Le plaisir immédiat de manger a une plus grande influence sur la décision que la perspective future de grossir. Surtout si on se promet en même temps d'aller dépenser plus tard, à vélo ou en courant, les calories engrangées, ce que l'on ne fera pas forcément !

Il faut aussi une volonté de fer pour résister à une de ces pulsions. Certes, c'est une façon de faire marcher sa tête, mais pas sur le bon chemin. Car celui-ci conduit vers la frustration alors qu'on a, ligués contre soi, la bousculade des neuromédiateurs du système de récompense !

Neutraliser le système

Il s'agit d'éviter que ce foutu système de récompense ne se mette en route. C'est la bonne façon de faire marcher sa tête et pour cela, il y a plusieurs trucs.

Le premier est de faire ses courses avec une liste de bons aliments bien sains. On active alors une autre partie du cerveau, le cortex préfrontal, où se situe, entre autres fonctions, le contrôle de soi et la planification, ce qui va inhiber les pulsions d'achat. Si les petits biscuits ou les billes de chocolat ne sont pas sur la liste, on ne les achètera pas.

Ce truc marche aussi quand on fait ses courses sur une épicerie en ligne. Il marche d'autant mieux que l'on évite la fatigue stressante au supermarché et la pulsion qui peut lui être liée.

Un autre truc, évident, est de ne pas stocker les produits gras/sucré suscitant les pulsions. C'est d'autant plus facile si l'on n'en achète pas. Quand il n'y a pas, on ne mange pas !

Reste la tentation devant un distributeur et les pulsions que la simple vue des confiseries qui y sont alignées peut déclencher. Là encore, il faut faire marcher son cortex préfrontal et déclencher le contrôle de soi en choisissant quand il y en a - ce qui est heureusement de plus en plus fréquent - un fruit. On peut aussi décider d'éviter de passer devant la machine quand celle-ci ne contient aucun aliment sain !

Entraîner son cerveau, faire marcher sa tête dans le bon sens, ça n'est pas vraiment compliqué ! C'est certainement le bon moyen de ne plus - ou presque plus - manger de ces produits gras et sucré qui déséquilibrent l'alimentation, font grossir ou empêchent de maigrir.

Source:e-sante

 
Article publiée le : 13-01-2015, Lue 1640 fois.


Articles similaires :

Vos commentaires :


X
Inscrivez-vous à notre newsletter

Email :
Captcha captcha
Suivez-nous sur Facebook
X
Envoyer la page a un amis


Votre email :
Partager avec :